Le thème du plus grand congrès médical de cette année est: «Notre relève – notre capital». Le manque de relève appropriée, que ce soit en médecine de famille, en milieu hospitalier ou dans le domaine universitaire, constitue un problème récurrent. De ce fait, dans le cadre de la conception du programme, le comité scientifique sous la direction du Prof. Drahomir Aujesky et du Prof. Nicolas Rodondi, a placé la relève médicale au centre du congrès.
» Suivante

Prix SSMIG 2018: Contribution pour le meilleur travail scientifique original

Ce prix de la Société Suisse de Médecine Interne Générale (SSMIG) 2017, d’un montant de 10 000 francs peut être attribué à un, deux, ou au maximum trois travaux scientifiques originaux remplissant les conditions suivantes:
» Suivante

La SGIM-Foundation, fondation pour la recherche médicale, lance pour 2017/2018 un appel à projets sur le thème de la «Relève en Médecine Interne Générale». Elle aimer-ait par ce biais encourager les analyses et les études qui se penchent sur tous les aspects déterminants ayant un impact sur le quotidien et le parcours professionnels des jeunes médecins en MIG.
» Suivante

L’association Swiss Young Internists (SYI), qui vient d’être créée, aspire d’une part à renforcer les liens entre les futurs internistes généralistes et à mieux les représenter et, d’autre part, à intensifier les échanges et les discussions avec les futurs collègues, et en particulier avec les médecins-chefs. Pascale Vogt (membre du comité des SYI) et Christoph Knoblauch (membre du comité de l’Association des Médecins-chefs et -cadres Internistes Hospitaliers Suisse, AMCIS) font un premier pas concret en ce sens dans un entretien qui est parut dans le journal Primary and Hospital Care.
» Suivante

«La gestion de la relève en médecine est rendue plus compliquée par les défis socio-économiques actuels, comme la pression sur les coûts de la santé, et les souhaits d’équilibrer vie personnelle/professionnelle ou les difficultés à gérer le travail à temps partiel. Les modèles professionnels d’hier ne correspondent pas aux attentes des jeunes médecins et la génération des baby-boomers va quitter la profession dans les 15 prochaines années, en laissant un vide important. Par conséquent, la relève insuffisante créera une situation encore jamais survenue de concurrence entre spécialités et entre lieux de formation. Il deviendra essentiel ­d’arriver à proposer des formations de qualité et des carrières attractives pour les jeunes générations.» Editorial de Ewelina Biskup et de Jerôme Gauthey (Co-Présidence des Swiss Young Internists) dans le journal Primary and Hospital Care du 08.11.2017.
» Suivante